Sciences

Nouveautés grand public pour la Fête de la Science 2015 à Valrose

0

L’Université innove cette année avec un programme très diversifié pour la Fête de la Science 2015. Elle se déroulera du 7 au 10 octobre dans le parc de l’UFR Sciences (campus Valrose).

Le jeudi et le vendredi sont réservés aux scolaires accompagnés de leurs enseignants, pour visiter la trentaine de stands qui présentent des expériences scientifiques dans tous les domaines. La BU est présente également avec une expo « Info ou intox », pour jouer à déconstruire quelques idées reçues.

Le samedi, le parc sera ouvert au grand public pour visiter les stands, et assister aux manifestations spécifiquement proposées ce jour-là :

  • Chasse au trésor intitulée « Les mystères de Valrose » (de nombreux cadeaux à gagner), destinée à un public familial. Inscription sur place obligatoire dans la limite des places disponibles.
  •  de 11h à 18h : atelier « Light painting » sur les pelouses du parc Valrose : les participants seront photographiés pendant qu’ils dessinent avec la lumière. Inscription sur place obligatoire dans la limite des places disponibles.
  •  de 15h à 17h : conférence du professeur Henri Broch, biophysicien et membre senior du laboratoire de Zététique : « Phénomènes miraculeux et surnaturels : la thaumaturgie à travers les siècles » (Théâtre du Grand Château, parc Valrose).
  • A partir de 18h15 : représentation théâtrale “Correspondance Copenhague”, à partir de 10 ans, sur la pelouse centrale du parc Valrose.
  • A partir de 19h00 : clôture de la Fête de la Science avec un concert original et expérimental sur le parvis du Grand Château. Le concept de Feel’zik est de mesurer la réponse liée à notre système nerveux autonome pendant un concert. L’évolution de la respiration, la sudation et des battements du coeur d’un spectateur sera projetée en direct sur grand écran. La réponse de son corps à la musique pourra être observée par les spectateurs. Les chercheurs, passionnés par la musique, joueront avec notre système nerveux sur des rythmes de Rock et de Jazz.

Entrée libre et gratuite.

Retrouvez le détail des manifestations programmées à Valrose sur la page web dédiée.

La Fête de la Science, c’est aussi de nombreuses manifestations dans toutes les Alpes-Maritimes, du 7 au 11 octobre 2015.

Affiche Village des Sciences Valrose 2015

Gombessa II : le mystère mérou

0

Le projet Gombessa II, porté par le célèbre photographe sous-marin Laurent Ballesta, s’est construit autour d’un phénomène encore mystérieux : le rassemblement une fois par an de milliers de mérous (poursuivi par des centaines de requins…) sur l’atoll de Fakarava, en Polynésie française.

L’aboutissement de ce projet verra la diffusion le samedi 11 juillet à 20h50 sur Arte du film réalisé pendant l’expédition, mais un blog a également été créé à cette occasion. Conçu à l’origine pour diffuser chaque jour les coulisses du tournage du film, des problèmes de connexion n’ont finalement pas permis la mise en ligne en temps réel depuis l’atoll.

Le blog de l’expédition a été mis en route récemment comme un compte à rebours, avec la mise en ligne d’une vidéo par jour jusqu’au 11 juillet, soit 32 vidéos en tout. 9 épisodes sont déjà disponibles à ce jour ! La beauté des images et la qualité des interventions scientifiques méritent toute notre attention.

A noter : le site du sponsor de l’expédition propose également de magnifiques galeries photos des meilleurs photographes sous-marins au monde (dont Laurent Ballesta), ainsi qu’une approche des évènements qui ont marqué la plongée de 1953 à nos jours.

Pour rappel, vous trouverez dans les BU de Nice de nombreux documents sur l’écologie marine ainsi que sur la plongée sous-marine.

Le Learning Centre SophiaTech : un lab du réseau des bibliothèques universitaires

0

Vous rêvez d’un endroit où vous pourriez discuter, lire, échanger autour d’un café, travailler seul ou en groupe, vous former dans un cadre magnifique avec vue sur la mer ? Vous rêvez d’un lieu où l’on parlerait toutes les langues, et qui serait un carrefour entre le monde académique et le monde de l’entreprise ?

Ce lieu a ouvert en janvier 2015 sur le campus SophiaTech. Dernier né des bibliothèques universitaires de Nice, ce nouvel espace est inspiré du concept anglo-saxon de Learning Center, et est entendu comme la volonté de recentrer la bibliothèque au cœur de l’université et au cœur de l’apprentissage.

 

Learning Centre SophiaTech

 

L’équipe du Learning Centre vous accueille du lundi au vendredi de 9h à 18h dans un environnement innovant, largement ouvert, favorisant l’étude et la convivialité. Terreau pour l’innovation et le partage des connaissances, il a été pensé et équipé pour accompagner au mieux vos projets. Nous pouvons citer parmi ses services les écrans partagés dans les espaces de travail, un service de prêt d’ordinateurs portables, un système de cloud printing, un smart board, ou encore un système de visioconférence innovant.

En collaboration avec l’INRIA,  l’URFIST, le Service des Pédagogies Innovantes et les structures orientées entreprises (KIC ICT Lab, SATT Sud Est), le Service Commun de la Documentation de Nice entend :

– Fournir le meilleur accès à la documentation imprimée et numérique

– Créer un espace d’échange entre étudiants, enseignants, chercheurs, et créateurs d’entreprises

– Offrir un accompagnement individualisé aux technologies de l’information, à l’innovation pédagogique

– Être un lieu de culture, un lieu d’expérimentation

 

Salle de formation du Learning Centre

 

Retrouvez ici la présentation complète du Learning Centre et suivez-nous sur notre compte Twitter. Pour nous contacter : lc-sophiatech-scd@unice.fr

Pour aller plus loin :

Les Learning centres : un modèle international de bibliothèque intégrée à l’enseignement et à la recherche, Rapport de l’Inspection générale des bibliothèques, décembre 2009

–  Mettre en place un Learning Centre : Enjeux et problématiques, Rapport d’études de la CPU, mai 2011

– Le learning centre de Lausanne : prototype de la bibliothèque du futur ?, Cécile Vettoruzzo, mémoire du DCB, enssib, janvier 2013.

JoVE : visualiser pour mieux comprendre.

0
photo credit: Marc Wathieu via photopin cc

photo credit: Marc Wathieu via photopin cc

Connaissez-vous JoVE (Journal of Visualized Experiments) ? Il s’agit d’une revue scientifique en ligne atypique, qui ne publie que des vidéos de protocoles expérimentaux, filmées dans les meilleurs laboratoires du monde entier. Ce mode de publication sous forme de vidéos est plébiscité par les enseignants comme par les chercheurs :

– il permet aux étudiants de se former plus rapidement aux techniques en visualisant les gestes qu’ils pourront ensuite reproduire.

– les chercheurs peuvent découvrir des protocoles expérimentés ailleurs dans le monde.

– les laboratoires peuvent partager leurs méthodes et leurs recherches.

JoVE concerne les sciences de la vie : biologie, neurosciences, immunologie, bio-ingénierie, médecine clinique. Créée en 2006, cette revue est « peer-reviewed » (c’est-à-dire que la validité du contenu est vérifiée par d’autres scientifiques qualifiés), ce qui garantit la qualité des protocoles proposés.

La BU s’est réabonnée en 2015 aux sections Biology et Neuroscience : toute la communauté de l’Université de Nice Sophia-Antipolis a accès à l’ensemble des contenus de ces 2 sections. Il suffit de vous identifier grâce au login de votre compte Sésame ou votre login de messagerie unice. Pour les sections non abonnées, les vidéos sont accessibles via PubMed un an après leur publication sur JoVE.

Dernière minute ! JoVE a développé une application et une version de son interface optimisée pour les appareils nomades (smartphones, tablettes…). Retrouvez ces applications gratuitement sur Apple app store et Google Play.

Exposition à la BU sciences : Baie des Anges, baie des merveilles.

0

Réalisée par l’association Les Aquanautes, l’exposition présentée actuellement à la BU sciences nous fait pénétrer dans l’univers magique et stupéfiant du monde sous-marin.

Ces tirages photographiques réalisés en milieu naturel mettent en lumière les biotopes spécifiques de la Mer Méditerranée. Du poisson le plus commun à des espèces encore jamais photographiées en milieu naturel, l’exposition se compose de 50 clichés, 4 panneaux didactiques, et un diaporama de 40 minutes : un voyage qui ravira la curiosité (et les yeux) des professionnels comme du grand public.

Murène, poulpe, crevette, corail… sont présents dans une explosion de couleurs et de formes. De la prédation au repos, ces animaux souvent surprenants nous convient à une véritable plongée virtuelle (sans se mouiller !).

Alliant technicité photographique, loisirs et sciences, le travail des Aquanautes témoigne de la complexité d’un monde qui reste inaccessible et méconnu pour le commun des mortels. A ce titre, cette association réalise ou contribue à des projets liés à la découverte et à la préservation des habitats de notre littoral méditerranéen.

Exposition présentée du 3 novembre 2014 au 30 janvier 2015, au 1er étage de la BU Sciences (campus Valrose). Ouverture du lundi au vendredi de 8h30 à 19h. Entrée libre et gratuite.

La cristallographie s’invite à la Fête de la science.

0
photo credit: subarcticmike via photopin cc

photo credit: subarcticmike via photopin cc

La 23e édition de la Fête de la Science se déroulera du mercredi 1 au dimanche 12 octobre 2014 dans les Alpes-Maritimes. Dans ce cadre, le campus Sciences Valrose accueillera comme chaque année le Village des sciences, du 1er au 5 octobre.
2014 étant l’année internationale de la cristallographie, la thématique principale était toute trouvée !

La cristallographie s’attache à étudier la matière en explorant sa structure à l’échelle de l’atome.  Cette science est connectée à de nombreux autres domaines : physique, chimie, mathématiques, médecine, pharmacologie, sciences des matériaux, et bien d’autres. La connaissance des propriétés des cristaux trouve des applications concrètes dans notre quotidien.
Pour en apprendre plus sur cette science et ses enjeux, vous pouvez consulter la vidéo réalisée par l’UNESCO à l’occasion de l’année internationale.

La BU Sciences possède bien sûr plusieurs livres sur le sujet, disponibles dans nos rayons. Une sélection sera présentée sur le stand de la BU lors de la Fête de science à Valrose. Passez nous voir !

Le savoir en vidéo

0
Bent Kure (Flickr, cc-by-nc-sa)

Bent Kure (Flickr, cc-by-nc-sa)

Accro aux écrans plutôt qu’aux livres ? Des ressources audiovisuelles gratuites de qualité sont disponibles sur internet pour compléter vos cours.

Pour vous aider à choisir, le site français Web TV recense les ressources pédagogiques universitaires. Par exemple Canal-U, la vidéothèque numérique de l’enseignement supérieur. Des enregistrements de cours ou conférences sont disponibles (en français !) dans toutes les thématiques qui vous intéressent : sciences fondamentales, sciences de la santé, ingénierie, environnement, sciences du sport, économie…

Pour ceux qui sont à l’aise en anglais (ou qui souhaitent justement améliorer leur niveau de compréhension orale !), n’oubliez pas le projet OpenCourseWare du MIT (Massachusetts Institute of Technology). La célèbre université américaine met à la disposition de tous des captations de cours dans tous les domaines des sciences et des technologies. D’autres types de contenus pédagogiques sont également proposés : exercices et leurs corrections, bibliographies, etc.

Par ailleurs, depuis 2006 il existe une revue en ligne faite exclusivement avec des vidéos : Journal of Visualized Experiments (JoVE) (accès libre aux articles avec un embargo de 2 ans ; accès réservé à la communauté universitaire UNS : 2006-2013). Cette revue met en ligne des protocoles d’expériences détaillés filmés. Comme si vous aviez accès au laboratoire…

La BU Sciences fête ses 50 ans !

0
La salle de lecture du rez-de-chaussée en 1964 (photo Le Patriote, 8/10/64)

La salle de lecture du rez-de-chaussée en 1964 (photo Le Patriote, 8/10/64)

Votre BU a une histoire… Ouverte en avril 1964, elle fête cette année ses 50 ans. Les transformations vécues au fil des décennies dessinent l’évolution des usages en bibliothèque universitaire, des services offerts aux usagers, et des outils mis à leur disposition.

La BU Sciences proposait à son ouverture 5000 ouvrages (contre près de 32 000 aujourd’hui). Son fonctionnement était novateur car, dès l’origine, elle a été conçue pour permettre en grande partie le libre accès aux collections par les usagers, ouvrant la voie vers l’autonomie du lecteur. A contrario, dans la plupart des bibliothèques à cette époque, les ouvrages étaient stockés dans les espaces inaccessibles au public appelés « magasins ».

Le catalogue des documents de la bibliothèque se présentait sous la forme de petites fiches cartonnées rangées dans des meubles à tiroirs, par auteur et par matière. Que de chemin parcouru pour en arriver aujourd’hui à notre outil de recherche en ligne !

Les articles parus dans la presse locale en 1964 pour saluer l’ouverture de la BU mentionnent de petits espaces insonorisés pour permettre l’usage des machines à écrire, ou encore des appareils lecteurs de microfilms (pour les reproductions de livres et de revues), et des photocopieurs dernier cri… qui nous sembleraient aujourd’hui bien rudimentaires ! Cependant le service du Prêt entre bibliothèque a existé dès la première année, permettant comme aujourd’hui de faire venir un document d’un autre établissement.

Depuis, des ordinateurs sont mis à la disposition du public et la documentation électronique a révolutionné le monde des bibliothèques. Les livres se déclinent en version électronique, et les ressources en ligne sont la première ressource documentaire utilisée par les chercheurs en sciences… Mais gageons que, dans 50 ans, nos successeurs trouveront fort pittoresque nos services actuels !

Photo extraite d'un article du Patriote (08/10/1964) commentant l'ouverture de la BU Sciences.

Photo extraite d’un article du Patriote (08/10/1964) commentant l’ouverture de la BU Sciences.

La science participative

0
Aldo Cavini Benedetti (Flickr, CC-BY-NC-SA)

Aldo Cavini Benedetti (Flickr, CC-BY-NC-SA)

Basée sur la participation volontaire et bénévole de citoyens lambda ou de spécialistes, les projets de science participative invitent chacun à contribuer à la collecte de données sur un sujet d’étude choisi.

Ces programmes permettent de réaliser à moindre coût de vastes enquêtes, sur des zones géographiques importantes, ou sur une longue période. Leur développement a été rendu possible notamment par la large diffusion des technologies permettant le travail collaboratif, le partage des « outils » et des données.

En plus de la satisfaction de faire progresser le savoir, les participants y « gagnent » souvent un accès privilégié aux résultats obtenus.

Une multitude de projets existent, en France comme à l’international. On peut citer à titre d’exemples :

Vigie-Nature : réseau du Muséum national d’Histoire naturelle qui met en place des « observatoires de la nature ordinaire ». Par exemple à travers les programme Sauvages de ma rue (sur la flore urbaine), SPIPOLL (Suivi photographique des insectes pollinisateurs), STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs), etc.

Tela Botanica : ce site fédère les botanistes francophones. Le réseau participe à de nombreux programmes et ses résultats sont disponibles en ligne.

– L’Observatoire naturaliste des écosystèmes méditerranéens (ONEM) est un réseau de bénévoles qui réalise des enquêtes naturalistes sur le territoire méditerranéen français.

– Le Bureau central sismologique français (BCSF) collecte témoignages et données sur les séismes à l’aide d’un questionnaire en ligne. Apportez votre témoignage sur le séisme du 7 avril à Barcelonnette !

Numéridanse

0
Yi-Lin Hsieh (Flickr CC-BY-NC-ND)

Yi-Lin Hsieh (Flickr CC-BY-NC-ND)

Passionné(e)s de danse, ne manquez pas Numeridanse.tv, la vidéothèque internationale de danse en ligne accessible à tous gratuitement. Ce projet, qui se veut la première base de données audiovisuelle numérique relative à l’univers de la danse, est porté par la Maison de la danse de Lyon. Il s’adresse autant au grand public qu’aux professionnels.
On y trouve des spectacles filmés (extraits ou œuvres intégrales), des adaptations ou fictions, des documentaires, des interviews, et des ressources pédagogiques.

La partie Catalogue inclut une interface de recherche : auteur, titre de l’œuvre, compagnie, type de ressource, etc. Chaque vidéo est accompagnée d’articles permettant de replacer l’œuvre dans son contexte.

L’onglet Channels offre à chaque contributeur un espace dédié, sa « chaîne », où il peut présenter l’ensemble des documents et ressources qu’il souhaite partager : captations, archives, interviews, etc.

L’espace Themas propose des vidéos sélectionnées autour de thématiques spécifiques : danse et accessoires, danse et humour, féminin/masculin, influences hip-hop…
Particulièrement utiles dans le cadre de l’enseignement de l’histoire de la danse, les vidéos choisies offrent un aperçu étendu de la danse à travers les styles, les époques et les pays.

Enfin, Numéridanse vous offre la possibilité de vous créer un compte, et ainsi de sauvegarder vos favoris et vos playlists au fur et à mesure de votre navigation sur le site.

Pour aller plus loin, rappellons que la BU STAPS propose des livres sur la danse et la chorégraphie, ainsi que des DVD (cours, films ou captation de ballets). Elle conserve également tous les numéros de la revue Danser de 1994 à 2012, date à laquelle cette célèbre revue a cessé de paraître.

Remonter