Articles taggés visite des bibliothèques du réseau

 

Le Centre Régional de Documentation Occitane

L’équipe Sudoc-PS a visité le Centre Régional de Documentation Occitane (CRDO) à la Médiathèque de Mouans-Sartoux en février. Nous avons été accueillis par Michel Gourdon, principal initiateur de la création du fonds occitan et son responsable actuel.

Le CRDO a été créé en 1981. Il est géré par le Centre d’Activités culturelles occitanes, association créée à Mouans-Sartoux en 1977, dont la vocation est la reconnaissance et la mise en valeur de l’identité culturelle occitane. Si vous l’ignoriez, l’occitan est une langue romane qui regroupe six grands dialectes : l’auvergnat, le gascon, le languedocien, le limousin, le provençal et le vivaro-alpin. Il est parlé dans le tiers sud de la France, les Vallées occitanes et Guardia Piemontaise en Italie, le Val d’Aran en Espagne.

Parçans e regions d’Occitània. Pèir Eravathnauta [CC BY-SA 4.0]

Le CRDO regroupe la documentation sur le domaine occitan de Bordeaux à Nice et également les vallées occitanes d’Italie. Les fonds sont actuellement hébergés dans les locaux de la Médiathèque de Mouans-Sartoux : les ouvrages édités après 1960 sont en accès direct dans la salle (classement Dewey) ; les ouvrages anciens, les périodiques et les photos sont conservés dans les réserves et consultables sur rendez-vous en contactant Michel Gourdon. La totalité du fonds est en consultation sur place et les collections sont décrites via le logiciel Filemaker et consultables en ligne via ce lien.

Le fonds du CRDO est composé de :

  • Plus de 7000 ouvrages, publiés entre XVIIème siècle et aujourd’hui, aux thématiques variées (littérature, histoire, géographie, sociologie, ethnologie, art, pastoralisme, généalogie, etc.)
  • 746 titres de périodiques, en occitan, catalan, piémontais ou français. La plupart des titres ont été dépouillés et font l’objet d’une fiche bibliographique dans le fichier général du CRDO.
  • 3500 photos anciennes (1890-1960) sur l’ensemble du département des Alpes-Maritimes, le Var et les Alpes de Haute Provence.
  • Un fichier de plus de 30 000 toponymes du département des Alpes-Maritimes. Les noms de lieux ont été recueillis dans les documents d’archives (XII – XIXème siècle) ou dans les enquêtes orales. Le fichier est régulièrement enrichi de nouveaux toponymes relevés au fil des recherches.
  • Un fichier d’auteurs occitans (près de 420 auteurs) avec, pour chaque auteur, une fiche avec la photo, une courte biographie et la liste de ses principaux ouvrages et articles publiés dans les revues.

Ce fonds très riche a pu être créé grâce à l’aide de la commune, de la région, du CNL (Centre national du livre) et, bien sûr, aux dons de particuliers (Claude Barsotti, Gérard Gouiran, Paul Castela, Sylvain Joseph, Michel Gourdon et autres).

Un grand merci à Michel Gourdon qui nous a chaleureusement accueilli et a partagé avec nous sa passion pour l’histoire locale, si importante dans un monde toujours plus tourné vers l’avenir et la modernité.

Centre Régional de Documentation Occitane. Photo E. Rauzy.

 

Le Centre de documentation de l’Institut européen de Nice

Centre de documentation de l’Institut européen. Photo E. Rauzy

Dans le cadre de nos visites aux établissements du réseau Sudoc-PS, notre équipe a visité fin janvier le Centre de documentation de l’Institut européen, 81 rue de France à Nice.

Le Centre de documentation comprend un fonds spécialisé dans les relations internationales, l’intégration européenne, et le fédéralisme. Les étudiants ont à leur disposition plus de 6 000 ouvrages, de nombreux périodiques d’actualité, des périodiques en ligne, des mémoires d’étudiants, ainsi que des dossiers thématiques en ligne.

L’IE·EI, Institut européen·European Institute, est un département du CIFE (Centre international de formation européenne), établissement d’enseignement supérieur privé enregistré auprès de l’Académie de Nice.

Cet établissement s’attache à :

  • L’excellence académique
  • La professionnalisation
  • L’interdisciplinarité
  • Le multiculturalisme
  • La tolérance
  • Étudier et vivre en Europe : le cursus des étudiants est partagé entre Nice, Canterbury, Berlin, Rome, Istanbul ou Tunis (selon la filière choisie).

La 1ère promotion date de 1964, à Nice. Depuis, environ 2000 étudiants venus d’une centaine de pays ont obtenu leur diplôme. Ils sont désormais au service d’institutions européennes, d’organisations internationales, d’organisations non gouvernementales, d’universités, d’administrations publiques et d’entreprises.

Le Diplôme des Hautes Études Européennes et Internationales (DHEEI) s’adresse à des étudiants ayant terminé un 1er cycle d’études (Bac+3) et son objectif est de donner une vision des problèmes politiques, sociaux, économiques et culturels du monde d’aujourd’hui. Il est accessible sur dossier. Pour chaque filière, le programme d’études dure 1 an (avec production d’un mémoire) et se déroule dans plusieurs villes européennes. Les étudiants sont souvent inscrits dans la bibliothèque des campus qu’ils sont amenés à fréquenter durant leur cursus.

 

La Bibliothèque spécialisée du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco

L’équipe du Sudoc-PS a visité la Bibliothèque spécialisée du Musée d’Anthropologie préhistorique (M.A.P.) de Monaco en décembre dernier. Cette bibliothèque fait partie du réseau depuis les origines, dans les années ’80. Nous avons été accueillis par François Burle[1] et Elena Rossoni-Notter[2] qui ont eu l’amabilité de rédiger un texte de présentation de leur établissement, retraçant son histoire de 1902 à 2018.

Mapmc [CC BY-SA 4.0], from Wikimedia Commons

La Bibliothèque du Musée d’Anthropologie préhistorique voit le jour à Monaco en même temps que le premier Musée d’Anthropologie préhistorique, fondé officiellement en 1902 sous l’impulsion du Prince Albert Ier. Spécialisée, sa fonction principale consiste à conserver et mettre à disposition des demandeurs (e.g. chercheurs internationaux, scientifiques et étudiants) toutes les publications en lien avec les recherches en Préhistoire-Archéologie.

Depuis sa création, de nombreux ouvrages sont venus enrichir le fonds existant. La bibliothèque inventorie à ce jour un fonds précieux, des monographies internationales, des actes de colloques et de congrès, des publications scientifiques, des périodiques, des revues et des magazines sur la recherche scientifique (français et étrangers), la géologie, la spéléologie, l’archéologie et la préhistoire, ainsi que des périodiques et des magazines sur l’actualité culturelle de Monaco.

Le M.A.P. est par ailleurs éditeur depuis 1954 ; il publie chaque année un bulletin scientifique constitué d’articles multilingues de référence, soumis à un comité de lecture international (reviewer).

Un système d’échange d’ouvrages a été mis en place avec des bibliothèques, des universités, des laboratoires et des associations afin de diffuser ces revues (n°58 en 2018) et Hors-séries (n=7). La Bibliothèque du Musée comptabilise à ce jour 134 institutions abonnées (i.e. 31 françaises et 103 internationales) en plus de ses ventes auprès de libraires et de particuliers.

En parallèle des travaux récents d’inventaire, de classification de conservation et de (re)conditionnement, un intérêt particulier a été apporté à la numérisation des ouvrages précieux/ anciens et autres documents-archives, à des fins de sauvegarde et de consultation. Une grande partie des bulletins du M.A.P. (premiers numéros) ont en ce sens également fait l’objet de numérisation.

Bulletin MAP No 58

Le M.A.P. accueille tous étudiants et stagiaires intéressés par la recherche, la communication/médiation et les archives.

[1] Commis-Archiviste, Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, 56 bis bd du Jardin exotique, 98 000 Monaco, fburle@gouv.mc

[2] Directeur, Chercheur-Archéologue, Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, 56 bis bd du Jardin exotique, 98 000 Monaco, erossoni-notter@gouv.mc

 

Le Centre de recherche et de ressources du sport, au Musée du Sport de Nice

Musée National du Sport (photo E. Rauzy)

Le Musée national du Sport a été créé en 1963. A l’origine basé à Paris, il est maintenant installé à Nice depuis 2014, sous le stade Allianz Riviera (6 boulevard des Jardiniers). Ce musée comprend également un Centre de recherche et de ressources du sport, à disposition du public.

Ce centre de documentation est ouvert sur rendez-vous aux chercheurs et au grand public. Il dispose d’une grande salle de travail pour la consultation des documents (sur place uniquement). Les demandes de recherches envoyées par mail sont également traitées.

Le Centre a pour missions principales :

  • la collecte et la conservation de la documentation et des archives du sport,
  • la valorisation de ce patrimoine sportif (expositions, publications),
  • la promotion et la diffusion de la recherche sur le fait sportif (publications et colloques).

Les collections développent tout particulièrement les thématiques de l’histoire du sport français du XIXème siècle à nos jours, et la sociologie du sport.

Quelques chiffres :

  • 18 000 ouvrages
  • 1100 périodiques (équivalent à 150 000 fascicules), dont quelques abonnements en cours
  • 100 000 photographies
  • 1000 films anciens

Un important travail de rétroconversion et d’inventaire des fonds a été mené à bien avant le déménagement à Nice, pendant plusieurs mois. Plusieurs bases de données internes décrivent les collections d’ouvrages, de périodiques, de photos. Un magasin entier est consacré à la conservation des documents, dans de très bonnes conditions physiques et matérielles (boîtes de conservation).

Musée National du Sport – Magasins (photo E. Rauzy)

Une politique d’acquisition est menée tous les 3 ans. De nombreux dons sont présents dans les collections, notamment provenant de collectionneurs et de fonds d’archives privés (exemple : bibliothèque personnelle de Renaud de Laborderie, journaliste français spécialisé dans la Formule 1).

En projet :

  • La réalisation et mise en ligne d’un portail documentaire pour mieux faire connaître les collections auprès du public et les mettre en valeur.
  • Des projets de numérisations ont été menées à bien en collaboration avec la BNF, et d’autres sont en cours.
  • Un travail de désherbage est à l’étude.

Merci à toute l’équipe du Centre, entreprenante et dynamique, pour cette belle découverte. Ce service de documentation participera très bientôt à notre réseau de bibliothèques Sudoc-PS (signature de convention en cours). Nous lui souhaitons la bienvenue et espérons que cette nouvelle collaboration sera fructueuse.

Musée National du Sport – Salle de consultation (photo E. Rauzy)

 

La Médiathèque de Monaco

En janvier l’équipe du Sudoc-PS a eu le plaisir de visiter deux sites de la Médiathèque de Monaco : la bibliothèque Louis Notari et le site de L’Hélios. Nous avons été chaleureusement accueillies par la directrice Béatrice Novaretti, son adjointe Céline Sabine, et par les membres de l’équipe (Blandine Canonne, Fanny Clerissi, Pierre Verbeke, Céline Sabine, Dominique Bon, Flore Bugnicourt…) qui nous ont parlé avec enthousiasme des collections, du fonctionnement des services, et de leur quotidien à la bibliothèque. De nombreux chantiers sont en cours : ré-informatisation, dons de collections de revues, politique de conservation et de partenariat, programme d’animations très dynamique, projet de construction d’un nouveau bâtiment…

Médiathèque de Monaco (Photo E. Rauzy)

La bibliothèque Louis Notari voit le jour en 1909, le Prince Albert Ier souhaitant la création d’un établissement consacré à l’étude et à la découverte. Léon Honoré Labande, conservateur des Archives du Palais, sélectionne 7000 ouvrages de référence pour constituer les fonds de la bibliothèque. En 1980 la bibliothèque emménage dans les locaux actuels. Elle est baptisée Louis Notari en hommage au poète et grammairien monégasque. Parallèlement, une vidéothèque/sonothèque de 44 000 documents est installée à la Villa Lamartine, Bd Princesse Charlotte.

Dans les années 2000 l’accent est mis sur la lecture publique, même si les fonds de recherche continuent à s’enrichir. Aujourd’hui la bibliothèque possède 166 abonnements à des périodiques (tous empruntables) sur des thèmes très variés : actualité locale et régionale (Annales monégasques, Monaco-matin, L’observateur de Monaco…), arts et littérature, histoire et patrimoine, technologies et sciences… Les lecteurs inscrits peuvent consulter les ressources en ligne via « LeKiosk » qui donne accès à des centaines de revues et à leurs archives numériques. Les collections de la médiathèque sont enrichies également par le biais du dépôt légal. La première loi sur le dépôt légal à Monaco date de 1925, révisée en 2006.

Le site de l’Hélios abrite les fonds patrimoniaux (dépôt légal, fonds régional et fonds précieux) depuis 2014, dans des magasins spécialement aménagés. Le fonds régional rassemble les collections sur l’histoire de la Principauté de Monaco, du Comté de Nice, de la Provence, de la Corse et de la Ligurie. Le fonds précieux se distingue par ses revues d’avant-garde (mouvement dada, surréalisme), ses livres d’artistes, ses éditions originales dédicacées d’écrivains français du XIXème siècle. Les documents du fonds patrimonial peuvent être consultés sur place, sur rendez-vous.

Une nouvelle médiathèque plus spacieuse et moderne est en projet et devrait ouvrir ses portes en 2021. Le personnel et le public l’attendent avec impatience !

Médiathèque de Monaco (Photo E. Rauzy)

 

Le Centre d’études sur la Seconde Guerre Mondiale entre dans le réseau

Entrée de la Maison des associations

Le 36 bis du boulevard Risso à Nice abrite depuis 1995 une Maison des Associations thématique autour de l’armée et la nation, la guerre, les anciens combattants, le devoir de mémoire. Parmi ces associations, un centre de documentation est spécifiquement dédié à la Seconde Guerre Mondiale. L’équipe du Sudoc-PS a eu le plaisir de visiter ce centre, qui rejoint à la fois le réseau des bibliothèques associées de la BMVR de Nice et le Sudoc-PS.

Le Centre d’études sur la Seconde Guerre Mondiale (C.E.SE.GU.MO) est géré et animé bénévolement par Thierry Breuil, président de cette association créée en 2011 dans le but de constituer un fonds documentaire spécialisé, mais aussi d’organiser des conférences thématiques proposées par des spécialistes. L’association organise également 1 fois par an un voyage sur un site historique lié à la Seconde Guerre Mondiale.

Le fonds documentaire est composé d’environ 800 livres, 2 abonnements à des revues très spécialisées et de qualité, mais aussi des archives personnelles (veuves de guerre, STO, etc) et des journaux d’époque. Une cinquantaine de revues sont conservées, et dépouillées par Thierry Breuil selon un système de mots-clés personnel. Le Centre dispose d’un budget d’acquisition pour faire vivre le fonds. Il accepte également les dons choisis.

Permanence C.E.SE.GU.MO

Parmi les livres on trouve aussi bien des ouvrages récents que des classiques, permettant d’étudier l’évolution de la perception du sujet au fil du temps. Ils abordent tous les thèmes liés à la Seconde Guerre Mondiale : matériel de guerre, nazisme, camps de concentration, biographies, etc. Des bandes dessinées sont également à disposition, notamment pour servir de base à des ateliers accueillant des classes.

Avec l’aide de Michèle Gonin (BMVR de Nice), Thierry Breuil apprend à traiter les documents dans le catalogue de la BMVR afin d’offrir une meilleure visibilité au fonds.

Informations pratiques : le Centre est ouvert à tous les vendredis après-midi, mais aussi sur rendez-vous. Il participe au Service du Prêt entre bibliothèques (PEB). Le prêt d’ouvrages et la constitution de dossiers documentaires est réservé aux adhérents de l’association (cotisation annuelle 10€).

 

 

Bienvenue au Centre International d’Art contemporain de Carros

Le réseau Sudoc-PS PACA/Nice a le plaisir d’accueillir un nouvel établissement : le Centre de documentation du CIAC (Centre International d’Art contemporain), installé dans le Château de Carros Village. Pour accéder à la salle de consultation des collections documentaires du CIAC, il faut tout d’abord parcourir les vastes salles rénovées du Château, où les expositions temporaires d’artistes contemporains côtoient les collections permanentes du musée.

Neal Beggs, CIAC-Carros (2013). Crédits photo CIAC

L’équipe du Sudoc-PS a rendu visite à Claire Quaroni, responsable du Centre de documentation, documentaliste spécialisée et experte dans l’Art contemporain. Elle travaille dans ce centre depuis 1999. Elle a ainsi connu les deux chantiers de rénovation du Château (1998 et 2007) qui font aujourd’hui de ce Centre d’art un magnifique lieu d’exposition et de conservation de ressources documentaires.

Le précédent Directeur du Centre, M. Frédéric Altmann, a fait don de ses archives personnelles, composées notamment de catalogues d’expositions d’artistes régionaux et d’exemplaires de revues rares. Les collections du centre de documentation sont ainsi riches de nombreux catalogues d’expositions, mais aussi de monographies reçues en don ou acquises via une politique d’achat active, tout particulièrement autour des parcours des artistes, et des ouvrages plus généraux sur l’art. On trouve également des dossiers de presse, des photographies, archives, etc. Environ 8000 documents sont aujourd’hui recensés dans un catalogue informatisé.

Par ailleurs, Claire Quaroni fournit un travail méticuleux sur la constitution de dossiers d’artistes (lettres, articles de presse, cartons d’invitation, photos…).

Les périodiques ont également leur place, avec 6 abonnements vivants, mais aussi d’autres titres conservés qui feront l’objet d’un inventaire afin d’enrichir le catalogue national Sudoc.

L’entrée du centre est libre et gratuite, avec une salle de travail et un photocopieur à disposition du public. Claire Quaroni, parfaite connaisseuse des collections du centre, fournira une aide précieuse dans la recherche documentaire.

L’offre d’accueil est complétée par un Service des publics géré par Christine Enet Lopez, qui organise des visites d’expositions, des ateliers d’arts plastiques, l’accueil de classes, la préparation de dossiers pédagogiques, etc.

Merci à Claire Quaroni et Christine Enet Lopez de nous avoir fait découvrir ce lieu entre histoire et innovation artistique.

CIAC Carros (façade sud). Crédits photo CIAC

 

Visite à la Tête Carrée

Portrait. Thomas Leth-Olsen (Flickr, CC BY 2.0).

La fameuse Tête Carrée sculptée par Sacha Sosno est l’une des vues les plus emblématiques de Nice. Mais tout le monde ne sait pas qu’elle abrite les bureaux de notre Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (BMVR) ! C’est là que s’effectue une grosse partie du travail interne. On y trouve notamment le service des périodiques et références, composé de 9 personnes, dirigé depuis peu par Brigitte Sagot et son adjointe Valérie Ammirati. Notre équipe a eu le plaisir de les rencontrer en janvier dernier.

Le signalement des collections conservées est la mission principale du service : au niveau local dans leur système de gestion Aloès, mais aussi au niveau international via le Sudoc. Pour cela l’équipe utilise l’application Colodus, et a totalement abandonné l’utilisation de WinibW qu’elle utilisait auparavant. La mise à jour régulière des mentions de lacunes est une priorité, d’autant que la BMVR est Pôle de conservation au niveau régional pour un certain nombre de revues.

Comme on peut l’imaginer, la BMVR est un partenaire privilégié pour le Centre Régional Sudoc-PS PACA/Nice. Riche de 529 abonnements vivants, tête de réseau pour un nombre important de bibliothèques associées, la BMVR a depuis de nombreuses années tissé des liens rapprochés avec nos services de signalement des périodiques en BU. Elle entretient aussi une activité soutenue dans la réception et le traitement de dons. C’est ainsi que la médiathèque de Draguignan doit donner 85 mètres linéaires d’exemplaires de périodiques. La BMVR a également été démarchée par la médiathèque de Monaco pour un nombre conséquent de périodiques.

Cette année, le service des périodiques de la BMVR travaille à un projet ambitieux : le réaménagement complet des espaces dévolus aux revues dans la bibliothèque ! Saluons ce dynamisme, qui vise à permettre une meilleure visibilité des revues, un signalement plus élaboré, et des animations ciblées autour des périodiques avec des écoles primaires et des collèges.

Nous ne manquerons pas de visiter ce nouvel espace lorsqu’il sera mis en place !

 

La bibliothèque du Jardin botanique de Nice

En novembre dernier l’équipe du Centre régional Sudoc-PS a visité la bibliothèque du Jardin botanique de Nice. Nous avons rencontré Agathe Pharisien qui gère la bibliothèque au quotidien sous le direction de Jean-Michel Meuriot, présent depuis de nombreuses années.

Agathe a évoqué son parcours et le périmètre de son poste : « Je ne suis pas diplômée dans le domaine de la documentation. A la base mon poste au sein du jardin est porté sur le côté administratif, alors je bénéficie de l’aide d’Elise Carbou, Assistante de Conservation à la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de Nice, qui vient régulièrement m’aider sur place. Aussi, Je me suis inscrite à plusieurs formations pour me sentir plus confiante et efficace dans ce rôle qui me tient à cœur, celui de mettre en ordre et en valeur les ressources documentaires du jardin. »

Agathe Pharisien organise une collection de périodiques à caractère scientifique, essentiellement autour de la botanique, et plus largement les sciences naturelles. Les collections proviennent du monde entier, pour la plupart en français mais aussi en langues étrangères (anglais, espagnol, japonais, etc). Elle fait depuis plusieurs mois un gros travail d’inventaire, de suivi et de mise à jour des états de collection. 50 titres sont actuellement signalés dans le Sudoc, ce qui représente environ la moitié des revues possédées.

Par ailleurs, l’établissement traite de nombreux dons d’ouvrages de plusieurs bibliothèques, la BMVR de Nice et le Parc Phoenix notamment (2000 monographies environ, en cours de signalement par Elise Carbou).

La bibliothèque possède des collections bien spécifiques tels des herbiers, avec des dizaines de milliers d’échantillons. Également, la bibliothèque participe activement à un réseau d’échanges internationaux de graines, ce qui permet un enrichissement des collections vivantes du Jardin botanique. Elle édite pour cela un Index Seminum, catalogue bisannuel des graines proposées à l’échange.

L’établissement est une bibliothèque associée de la BMVR, signalant à ce titre ses collections dans son catalogue commun. Pour aller plus loin, la BMVR propose un historique et une présentation détaillée de cette bibliothèque et ses collections via son site web.

Jardin botanique – Nice (Photo A. Pharisien)

 

Une Société savante à Draguignan

En juin dernier l’équipe du Sudoc-PS a visité la Société d’Études Scientifiques & Archéologiques de Draguignan et du Var.

Trois collègues de cette société savante étaient présents lors de la journée annuelle du réseau le 4 novembre dernier. Ils vous ont présenté leur bibliothèque et sont intervenus sur la thématique des dons et échanges de périodiques.

Créée le 20 août 1855 par quelques notables de Draguignan, et reconnue d’utilité publique le 8 août 1876, la Société d’Études est une « Société savante », association à but culturel.

Ses objectifs sont :

  • l’étude, la sauvegarde, la mise en valeur et la protection du patrimoine de Draguignan, du Var et de la Provence
  • la publication d’ouvrages sur ces sujets, et la gestion d’une bibliothèque datant de sa création, enrichie par des échanges et dons de revues avec des Sociétés savantes françaises et étrangères, et par des échanges et achats d’ouvrages
  • l’aide à la recherche du point de vue des sciences humaines, physiques, naturelles, historiques, archéologiques, de la littérature et du folklore

Son fonds documentaire, riche de 450 titres de revues et d’environ 4 000 livres, est consultable sur place.

La Société publie régulièrement et depuis son origine un Bulletin, composé d’articles retenus par un comité de lecture. Les 87 tomes du bulletin sont mis à la disposition du public dans ses locaux.

La bibliothèque de la Société d’Études Scientifiques & Archéologiques de Draguignan et du Var est entrée dans le réseau Sudoc-PS en 2007, et signale dans le Sudoc ses 450 revues. Elle met à jour ses états de collection via l’outil Colodus.

Des conférences, accessibles librement, sont organisées tous les mois par des chercheurs, des spécialistes, des étudiants ou des amateurs éclairés.

Société d'Etudes de Draguignan

Société d’Études Scientifiques & Archéologiques de Draguignan et du Var. Photo E. Rauzy.

Haut de page